Vaccin COVID – l’histoire infondée de l’infertilité


Des affirmations comme « les vaccins COVID vous rendent stérile ! » circulent sur les réseaux sociaux depuis des mois.

Au début, seules les femmes devaient s’inquiéter de leur fertilité après un vaccin contre le coronavirus. Et les partisans de l’affirmation disent qu’ils peuvent l’expliquer biologiquement.

Ils disent que les vaccins produisent des anticorps qui attaquent non seulement le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, mais aussi une protéine nécessaire à la croissance du placenta dans l’utérus.

Mais les scientifiques disent que c’est un mythe.

Prenez des vaccins à ARNm, tels que ceux des sociétés BioNTech-Pfizer et Moderna.

Voici comment fonctionnent les vaccins : les vaccins détiennent un « plan directeur », sous la forme d’ARNm, pour un peu de SARS-CoV-2, le virus qui s’attache à nos cellules et nous infecte. Nous parlons de la soi-disant protéine de pointe qui sort de la surface (ou de la membrane) du virus.

Lorsque le corps lit ce plan, le corps produit lui-même une version de cette protéine de pointe et cela déclenche une réponse immunitaire. Il est important de noter que le corps ne reproduit pas les parties nocives du virus !

Sur la base de ces protéines internes, le corps produit des anticorps pour lutter contre ce qu’il pense être une invasion par le virus SARS-CoV-2. Et cela vous donne alors une bonne mesure de protection contre de véritables attaques à l’avenir.

Illustration des trois protéines du SARS-CoV-2

Le SRAS-CoV-2 a diverses «protéines de pointe» dépassant de sa membrane externe

« Complètement sans fondement »

Les allégations suggèrent cependant que ces anticorps attaquent une autre protéine appelée Syncytin-1. C’est cette protéine qui aide les placentas à se développer dans l’utérus et qui est nécessaire pour une grossesse réussie.

Le raisonnement de ces personnes colportant l’affirmation est que la Syncytine-1 et la protéine de pointe ont une apparence similaire.

Mais la recherche indique que les similitudes réelles sont vraiment très faibles.

La protéine de pointe SARS-CoV-2 se compose de 1 273 acides aminés, tandis que la protéine Syncytin-1 en a 538. Les chercheurs n’ont jusqu’à présent trouvé qu’une séquence de cinq acides aminés qui montre une similitude entre les deux protéines. Même cette séquence n’est pas totalement identique. Et c’est là que s’arrêtent les similitudes.

Des chercheurs allemands, tels que Udo Markert et Ekkehard Schleussner de l’hôpital universitaire d’Iéna, en Allemagne, ont dénoncé ces allégations.

Ils soulignent que s’il était vrai qu’une réponse immunitaire produite par un vaccin peut vous rendre infertile, alors il devrait également être vrai qu’une infection au COVID-19 peut rendre les femmes infertiles.

Ekkehard Schleussner dirige le service d’obstétrique de l’hôpital universitaire. Et Markert dirige son laboratoire de placenta. Markert est également président de la Société européenne d’immunologie de la reproduction.

« En ce qui nous concerne, dans le domaine de la recherche sur le placenta et de la médecine reproductive, ces allégations largement répandues sont totalement infondées ! écrivent Markert et Schleußner dans une déclaration commune.

Ils conseillent à chaque femme de se faire vacciner pour se protéger contre une infection au COVID-19c.

La peur aussi chez les hommes

Mais il n’y a pas que les femmes qui s’inquiètent. Certaines des allégations ciblent également les hommes, affirmant que les vaccins COVID affectent également négativement la fertilité masculine.

Mais une étude menée aux États-Unis suggère le contraire.

Les chercheurs ont étudié le sperme de 45 hommes avant et après avoir reçu un vaccin COVID à ARNm et n’ont trouvé aucun effet négatif.

« Nous n’avons trouvé aucune preuve suggérant des effets négatifs d’un vaccin COVID sur le sperme chez les hommes de notre étude », a déclaré Daniel Nassau à Favilan.

Nassau, qui est urologue et co-auteur de l’étude, s’est dit confiant qu’un plus grand nombre de participants auraient donné le même résultat.

Pendant ce temps, un autre auteur de l’étude, Ranjith Ramasamy, a écrit dans The Conversation que la véritable menace pour la fertilité est une infection au COVID-19.

Infection pire que la vaccination

Ramasamy, professeur d’urologie à l’Université de Miami, écrit que « contrairement aux mythes qui circulent sur les réseaux sociaux, les vaccins COVID-19 ne provoquent pas de dysfonction érectile et d’infertilité masculine ».

Et lui et son équipe disent l’avoir prouvé. Ils ont étudié les tissus des testicules prélevés lors des autopsies d’hommes testés positifs pour COVID-19, ainsi que ceux de ceux qui sont décédés pour d’autres raisons.

Ramasamy dit que leurs résultats montrent que le virus peut affecter la production de sperme et donc la fertilité, et peut également provoquer une dysfonction érectile.

Mais Ramasamy dit que les résultats ne sont pas surprenants. D’autres virus, tels que les oreillons et le Zika, peuvent provoquer une inflammation des testicules qui peut également affecter la fertilité.

« Le risque d’infertilité et de dysfonction érectile augmente avec la gravité d’une infection », ajoute Nassau. « Je conseille fortement à tout homme de se faire vacciner. »

Cet article a été traduit de l’allemand.

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*