Nigeria : une écolière de Chibok libérée après sept ans de captivité


Le bureau du gouverneur de l’Etat de Borno dans le nord du Nigeria, où près de 300 écolières ont été enlevées dans la ville de Chibok il y a sept ans, a annoncé samedi que l’une des filles est libre et a été réunie avec sa famille.

Ruth Ngladar Pogu s’est rendue aux militaires le 28 juillet avec une personne qu’elle avait épousée en captivité. Les autorités ont retenu l’annonce de sa libération de captivité pour leur donner le temps de contacter ses parents et d’autres familles des écolières kidnappées de Chibok, ont-ils déclaré.

Dans un communiqué, le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Umara Zulum, a déclaré : « Je suis extrêmement excité à la fois en tant que gouverneur de Borno et père de tous les fils et filles de l’État, et aussi en tant que père de filles.

Des parents et des proches tiennent des portraits de leurs filles enlevées par Boko Haram à Chibok

Après sept ans, plus de 100 des écolières enlevées par Boko Haram en avril 2014 sont toujours portées disparues

Il a ajouté : « Je connais le sentiment des familles de ceux qui sont encore en captivité, mais nous devons garder espoir, surtout avec le développement d’aujourd’hui. »

#BringBackOurGirls hier et maintenant

En avril 2014, près de 300 écolières âgées de 12 à 17 ans ont été enlevées par Boko Haram dans la ville de Chibok, dans l’État de Borno.

Cela a déclenché un tollé international et a donné naissance à la campagne sur les réseaux sociaux #BringBackOurGirls, défendue par Michelle Obama lorsqu’elle était la première dame de la Maison Blanche et d’autres voix éminentes.

Au cours des années qui ont suivi, environ deux douzaines de filles ont été soit relâchées, soit retrouvées par l’armée, bien qu’environ 113 soient toujours portées disparues et soient toujours captives du groupe militant islamique Boko Haram.

En 2014, la médiation a permis la libération de 82 des filles.

Enlèvements de masse et lutte de l’armée

L’armée nigériane est engagée dans une bataille de 12 ans contre Boko Haram et sa plus récente ramification, la province de l’État islamique d’Afrique de l’Ouest.

Le conflit a fait 40 000 morts et déplacé plus de deux millions de personnes dans le nord du Nigeria.

Alors que Boko Haram a peut-être été le pionnier des enlèvements de masse comme tactique, des gangs criminels ont lancé des attaques de copieurs dans le but d’obtenir une rançon.

Lors de l’attaque la plus récente le mois dernier, des écoliers ont été enlevés dans un pensionnat de l’État de Kaduna.

Il s’agissait du dixième enlèvement de masse dans une école depuis décembre. On estime qu’un millier d’étudiants sont détenus au total.

ar/sms (AFP, Reuters)

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*