Deux entraîneurs olympiques biélorusses renvoyés chez eux par le CIO pour avoir harcelé un sprinteur


Deux entraîneurs biélorusses se sont fait retirer leurs lettres de créance par le CIO vendredi après avoir tenté de forcer la sprinteuse Krystsina Tsimanouskaya à retourner à Minsk.

Les deux hommes ont quitté le village olympique et retourneront à Minsk dans un proche avenir, a rapporté l’agence de presse publique biélorusse Belta, citant le comité olympique du pays.

Coup de critique désormais entendu dans le monde entier

Tsimanouskaya, 24 ans, avait publié une vidéo critiquant la décision du Comité olympique biélorusse de la faire participer à une course pour laquelle elle ne s’était pas entraînée. Cette vidéo et les brimades des deux entraîneurs, identifiés par le CIO sur Twitter comme Artur Shimak et Yury Maisevich, ont bouleversé sa vie.

Shimak est le directeur adjoint du centre d’entraînement national de Biélorussie et Maisevich est l’entraîneur en chef d’athlétisme biélorusse.

Avant la décision d' »annuler et de renvoyer les deux hommes », le CIO a ouvert une enquête formelle plus tôt dans la semaine afin de « clarifier les circonstances de l’incident » et le rôle que Shimak et Maisevich y ont joué.

Le CIO a noté qu' »ils se verront offrir la possibilité d’être entendus ».

Le Comité olympique biélorusse a déclaré qu’il « défendait pleinement et continuera de protéger les intérêts de tous les athlètes et entraîneurs biélorusses contre toute forme de discrimination » et « se réserve le droit de faire appel de la décision ».

Trouver la sécurité à Varsovie

Mercredi, Tsimanouskaya est arrivée à Varsovie avec un visa humanitaire après avoir refusé les demandes de ses entraîneurs de retourner à Minsk. Elle avait demandé la protection de la police japonaise à l’aéroport.

Jeudi, Tsimanouskaya a déclaré à Favilan à Varsovie : « Maintenant, j’ai le soutien du monde entier et ce soutien me rend beaucoup plus fort. »

Elle a dit qu’elle était heureuse d’être en Pologne où elle a trouvé la sécurité et qu’elle espérait toujours participer aux futurs Jeux olympiques.

Malgré aucune implication passée dans les manifestations ou le mouvement d’opposition, Tsimanouskaya a déclaré lors d’une conférence de presse : « Je veux dire à tous les Biélorusses de ne pas avoir peur et s’ils sont sous pression, parlez-en ».

En Biélorussie, les conseils d’une grand-mère et un dictateur isolé

Tsimanouskaya a déclaré que sa grand-mère lui avait conseillé de ne pas retourner à Minsk après avoir été signalée comme malade mentale à la télévision d’État.

L’homme fort biélorusse Alexandre Loukachenko est de plus en plus isolé et dépendant de Moscou pour le soutien depuis que l’élection présidentielle contestée il y a un an a conduit à une vague de protestations de masse suivie d’une vague de répression violente.

Alors que le monde a vu le cas de Tsimanouskaya se dérouler cette semaine, on ne sait pas quelles conséquences pourraient avoir cette défection improbable pour le régime de Loukachenko, que ce soit au pays ou sur la scène mondiale.

ar/sms (AFP, dpa, Reuters)

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*