Tokyo 2020 : conjuguer maternité et Jeux Olympiques


Allyson Felix est allongée sur la piste pendant plusieurs minutes, complètement épuisée après avoir remporté le bronze au 400 mètres féminin avec un temps de 49,26 secondes.

« Personne ne croyait que je serais ici aujourd’hui », a déclaré Felix aux journalistes au stade olympique de Tokyo une heure après la course. « Personne ne croyait que je serais en finale. Mais je suis un combattant. »

La médaille était sa 10e aux Jeux olympiques, mais celle-ci était très spéciale car c’était la première qu’elle remportait en tant que mère.

« C’est ma première médaille de bronze, et pourtant c’est tellement plus significatif que les autres », a-t-elle déclaré.

Les mères ont participé aux Jeux olympiques dès les Jeux de 1900 à Paris, lorsque les femmes ont été autorisées à concourir pour la première fois. Il y a plus de mamans que jamais ici à Tokyo. Cela ne devrait pas être une surprise car, pour la première fois dans l’histoire des Jeux olympiques, il y a presque autant de femmes que d’hommes en compétition.

Comment les athlètes féminines gèrent-elles les enfants allaités?

Beaucoup de femmes connaissent le problème de l’un ou l’autre. Pour les athlètes de compétition, comme le basketteur canadien Kim Gaucher, cela signifiait soit renoncer aux Jeux d’été, soit passer 28 jours à Tokyo sans enfant et incapable d’allaiter. En effet, le comité d’organisation de Tokyo 2020 a interdit aux membres de la famille d’entrer dans le pays en raison de la pandémie de coronavirus.

La basketteuse canadienne Kim Gaucher avec son fils sur Instagram

La basketteuse canadienne Kim Gaucher avec son fils

Le Japon a cédé après une publication émouvante sur Instagram de Gaucher et les protestations d’autres athlètes féminines, mais la concession n’a pas résolu le problème pour beaucoup. Ona Carbonell, une nageuse synchronisée espagnole, a décidé le cœur lourd de laisser son enfant à la maison. Le bébé et son mari auraient dû passer 20 jours dans une chambre d’hôtel, et elle aurait dû quitter la bulle de l’équipe pour allaiter, mettant son équipe à risque d’infection à chaque fois.

« Nous devons parler de problèmes comme celui-ci », a-t-elle déclaré. L’archère britannique Naomi Folkard, qui a pompé 14 litres de lait à l’avance pour ses 15 jours à Tokyo, a demandé la même chose.

L'archère britannique Naomi Folkard fait ses adieux à son fils sur Instagram avant Tokyo 2020

L’archère britannique Naomi Folkard fait ses adieux à son fils sur Instagram avant Tokyo 2020

Qui organise et paie la garde des enfants ?

Lorsqu’il s’agit de garder les enfants pendant les Jeux, les femmes doivent souvent s’organiser et payer elles-mêmes.

Début juillet, Félix a annoncé qu’elle avait mis en place un fonds de 200 000 $ (170 073 €) avec son parrain et la Women’s Sports Foundation pour aider aux frais de garde d’enfants. Neuf femmes bénéficient actuellement du programme, dont Aliphine Tuliamuk, une marathonienne née au Kenya qui concourt pour les États-Unis.

Chaque bénéficiaire reçoit 10 000 $ pour couvrir les frais de garde d’enfants pendant qu’il travaille, c’est-à-dire pendant qu’il s’entraîne et concourt.

La marathonienne Aliphine Tuliamuk avec son bébé Zoe sur Instagram

La marathonienne Aliphine Tuliamuk avec son bébé Zoe sur Instagram

Pourquoi les sponsors réduisent-ils pendant la grossesse et le congé de maternité?

« Tomber enceinte est le baiser de la mort pour une athlète féminine », a déclaré en 2019 la coureuse américaine de 800 mètres Phoebe Wright, parrainée par Nike de 2010 à 2016, « Je ne dirais pas à Nike si j’étais enceinte. « 

Les congés de grossesse et de maternité ont souvent entraîné automatiquement une réduction drastique des fonds de parrainage. C’est très difficile pour les athlètes féminines, dont les revenus dépendent des commandites souvent liées à la participation olympique.

Une Alysia Montano enceinte s'exécute dans la première manche du 800 mètres féminin aux championnats en plein air de l'USATF

La coureuse de 800 mètres Alysia Montano a couru deux courses pendant sa grossesse pour conserver son parrainage

L’année dernière, Felix a mis fin à son accord de parrainage avec Nike parce que la marque de vêtements voulait réduire son salaire de 70 % pour ne pas avoir concouru pendant sa grossesse et peu de temps après l’accouchement. Elle a rendu public l’affaire de discrimination malgré une clause de confidentialité. Cela a incité Nike à modifier sa politique de maternité.

« Vous ne pouvez pas changer les choses avec le silence », a déclaré la star du sprint à l’époque.

La publication Instagram d'Allyson Felix répondant à la modification de sa politique de maternité par Nike

La publication Instagram d’Allyson Felix répondant à la modification de sa politique de maternité par Nike

Pourquoi les fédérations sportives sont-elles si rigides sur les critères de qualification ?

La participation aux compétitions, qui sont importantes pour la qualification olympique, est un obstacle majeur, parfois insurmontable, pour les athlètes féminines. Pour la boxeuse canadienne Mandy Bujold, ses placements dans trois compétitions spécifiques ont été essentiels pour se qualifier pour Tokyo, mais elle n’a pas pu concourir en raison de sa grossesse.

Bujold a porté son cas devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). Il a décidé que d’autres options de qualification doivent être trouvées pour les femmes enceintes ou les athlètes en période de puerpéralité, la période entre l’accouchement et le moment où l’utérus revient à sa taille normale.

De plus en plus d’athlètes féminines luttent contre ce type de discrimination, en la rendant publique, notamment via les réseaux sociaux – et y parviennent. Cela seul fait d’eux des modèles, qu’ils remportent ou non des médailles aux Jeux Olympiques.

Après la naissance difficile et compliquée de sa fille il y a près de deux ans et demi et les nombreux combats qui jalonnent sa carrière de coureur, Félix est visiblement fière de monter sur le podium ici à Tokyo avec la médaille de bronze : « Normalement, je ne peux pas perdre et je suis très triste. Mais aujourd’hui, je suis très heureux. »

Cet article a été adapté de l’allemand.

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*