La police thaïlandaise tire des gaz lacrymogènes sur des manifestants antigouvernementaux


La police anti-émeute en Thaïlande a tiré samedi avec des canons à eau, des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc lors d’une manifestation appelant à la démission du Premier ministre Prayuth Chan-ocha.

Le rassemblement, composé principalement de jeunes et d’étudiants, a tenté de marcher sur la résidence du premier ministre thaïlandais.

Ils exigent qu’il démissionne en raison de ce qu’ils considèrent comme sa mauvaise gestion de la pandémie de coronavirus et de l’économie.

Certains des 1 000 manifestants ont lancé des projectiles sur la police, notamment des pierres et des feux d’artifice, l’affrontement tendu dans le quartier de Din Daeng à Bangkok ayant duré plusieurs heures.

Des manifestants anti-gouvernementaux en Thaïlande font un geste vers un immeuble qui, selon eux, a été touché par des projectiles.

Les manifestants sont mécontents de la gestion par le gouvernement de la pandémie de coronavirus et craignent qu’elle ne soit utilisée comme prétexte pour réprimer les opposants.

Les agents ont ensuite bouclé une route près du monument de la Victoire et ont répondu pour repousser les manifestants.

« Nous tenons cette ligne », ont-ils annoncé par haut-parleur.

« Des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc ont été utilisés pour contrôler la foule. Notre objectif est de maintenir l’ordre », a déclaré samedi à la presse Krisana Pattanacharoen, porte-parole de la police.

Les médias d’État thaïlandais ont rapporté que près de 6 000 agents avaient été déployés pour réprimer toute violence possible.

La police anti-émeute forme une ligne alors qu'elle essuie des tirs de projectiles dans le centre de Bangkok

La police a déclaré que le maintien de l’ordre public était leur priorité absolue

Que disent les manifestants ?

Prayuth, un ancien chef de l’armée de 67 ans, a fait face à des manifestations similaires ces dernières semaines au milieu des critiques selon lesquelles le déploiement de la vaccination dans le pays est trop lent et son système de santé est débordé.

Ses détracteurs soutiennent que les fonds devraient être redirigés de la monarchie thaïlandaise et de son armée pour financer la bataille contre COVID-19.

Ils disent également que les pouvoirs d’urgence sont utilisés par le gouvernement comme prétexte pour étouffer la dissidence.

« Je suis inquiet de la situation mais nous devrons continuer à nous battre malgré la grave épidémie de covid », a déclaré un manifestant de 27 ans, qui a donné son nom uniquement sous le nom de Nat.

Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha a été confronté à des appels répétés de manifestants à la démission.

Le Premier ministre thaïlandais, qui a remporté un vote de défiance au Parlement en février dernier, a jusqu’à présent rejeté les appels à sa démission.

« Nous voulons que Prayuth démissionne parce que les gens ne se font pas vacciner », a déclaré un manifestant de 23 ans, qui n’a donné que son prénom « Aom », par peur des répercussions.

« Nous n’avons pas d’emplois et de revenus, nous n’avons donc pas d’autre choix que de protester. »

L’année dernière, des manifestations en faveur de la démocratie ont attiré des milliers de personnes au sommet d’un mouvement appelant à une réforme politique significative.

L’augmentation des taux d’infection et les arrestations massives de certains des leaders de la manifestation ont vu leur élan s’essouffler.

Bangkok et bon nombre de ses provinces voisines sont soumises à un verrouillage strict depuis des semaines, ce qui a également entraîné l’introduction de couvre-feux nocturnes dans certaines régions.

Mais cela n’a pas fait grand-chose pour arrêter la propagation du virus et a touché le secteur touristique clé de la nation asiatique.

Les autorités ont signalé samedi un nouveau record de 21 838 cas confirmés, avec 212 décès supplémentaires.

Quelle est l’image globale de la Thaïlande?

Dans l’ensemble, la Thaïlande a enregistré plus de 700 000 cas confirmés depuis le début de la pandémie l’année dernière, selon les données compilées par l’Université Johns Hopkins du monde entier.

Jusqu’à 5 800 personnes y sont mortes du virus, selon les chiffres de la meilleure université américaine.

Le mois dernier, un pic de cas a vu le gouvernement réviser sa politique de vaccination après que des centaines de travailleurs médicaux ont attrapé COVID-19 malgré la réception de deux doses du vaccin chinois Sinovac.

Ils ont été administrés pour la première fois en février après que la Thaïlande a reçu les vaccins de Pékin.

Une étude publiée dans le New England Journal of Medicine en juillet a soulevé des inquiétudes quant à leur efficacité.

L’analyse s’est appuyée sur les résultats du Chili et a révélé que Sinovac n’avait qu’un taux d’efficacité de 65,9% contre le virus.

Les autorités thaïlandaises ont donc décidé de mélanger les vaccins. Ceux qui ont déjà reçu un vaccin avec Sinovac recevront le vaccin britannique AstraZeneca, le seul autre vaccin actuellement disponible dans le pays, pour leur deuxième dose.

Les candidats vaccins dans un centre de vaccination de masse à Bangkok attendent de recevoir leur première dose du vaccin COVID-19.

La Thaïlande utilise un vaccin fabriqué en Chine et le vaccin AstraZeneca. Les États-Unis ont fait don d’environ 1,5 million de doses de Pfizer/BioNTech.

Le vaccin AstraZeneca était déjà utilisé pour certaines premières doses.

Seulement 6,1% de la population adulte du pays a été entièrement vaccinée avec deux doses d’un vaccin contre le coronavirus.

Les États-Unis ont fait don de 1,5 million de doses de vaccin BioNTech-Pfizer à la Thaïlande, mais elles ne sont arrivées que le 30 juillet.

jf/csb (AFP, AP, Reuters)

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*