Jeux olympiques : les athlètes chinois ne porteront plus de badges Mao


La Chine a précisé que ses athlètes ne porteront plus les insignes de Mao Zedong sur le podium des Jeux olympiques, a annoncé samedi le Comité international des Jeux olympiques (CIO).

Plus tôt cette semaine, deux cyclistes féminines de sprint sur piste l’ont porté lors d’une cérémonie de remise des médailles. En Chine, les badges sont souvent considérés comme un identifiant d’appartenance au Parti communiste.

Les cyclistes Bao Shanju et Zhong Tianshi ont été mises en garde contre l’entraînement mais conserveraient leurs médailles d’or dans la piste féminine de printemps.

Le CIO a déclaré qu’il avait reçu des assurances de la Chine et considérait « ce dossier clos ».

Pourquoi le CIO a-t-il émis des avertissements ?

Les responsables des Jeux olympiques ont examiné l’incident en vertu de l’article 50 de la Charte olympique qui stipule qu' »aucune sorte de manifestation ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée sur les sites, sites ou autres zones olympiques ».

Alors que le comité a assoupli certaines des règles le mois dernier qui permettent aux athlètes de se mettre à genoux sur le terrain pour mettre en évidence le racisme, il a clairement indiqué qu’aucun geste politique n’était autorisé sur le podium.

Pékin devrait accueillir les Jeux olympiques d’hiver de 2022 en février.

rm/dj (Reuters, AP)

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*