Afghanistan : les talibans prennent le contrôle d’une autre capitale provinciale


Le groupe fondamentaliste taliban s’est emparé samedi de la ville septentrionale de Sheberghan, la deuxième capitale provinciale à être tombée aux mains des insurgés au cours des deux derniers jours.

Que savons-nous jusqu’ici?

Sheberghan est la capitale de la province de Jowzjan et abrite le chef de guerre ouzbek Abdul Rashid Dostum.

Dostum, qui est allié aux États-Unis, a déclaré qu’il appelait à des renforts du gouvernement afghan.

Le journaliste Franz Marty, basé à Kaboul, a déclaré à Favilan qu’il était probable que les forces de Dostum mèneront une « contre-opération » dans les prochains jours.

Des combattants talibans ont aidé à libérer des prisonniers de la prison de la ville, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Le vice-gouverneur de Jowzjan, Qader Malia, a déclaré à l’agence de presse AFP que la ville était « malheureusement tombée ».

Les talibans font des gains territoriaux rapides

Les talibans intensifient leur offensive, alors que les alliés des États-Unis et de l’OTAN retirent leurs troupes du pays.

Ces dernières semaines, les manifestants anti-talibans ont crié « Allahu Akbar » (Dieu est le plus grand) pour montrer leur soutien aux forces de sécurité afghanes dans les violents combats contre le groupe.

Les talibans ont capturé vendredi la capitale provinciale de Zaranj, dans le sud-ouest de la province de Nimroz.

Le journaliste Ali Latifi, également basé à Kaboul, a déclaré à Favilan que les talibans tentaient peut-être de « confondre » les forces gouvernementales afghanes, car les deux capitales provinciales sont situées dans des régions complètement différentes du pays.

« Les talibans essaient d’étendre les forces de sécurité aussi minces et aussi larges que possible », a déclaré Latifi. Dans le même temps, il a déclaré que cela soulève la question de savoir si les talibans peuvent également continuer à se battre sur plusieurs fronts.

Les combats pourraient-ils s’étendre à Kaboul ?

En ce qui concerne les combats qui pourraient s’étendre à la capitale du pays, Kaboul, Latifi a déclaré que la « ville forteresse » est plus sûre que d’autres parties du pays.

« Kaboul est l’endroit où ils mettront toute leur concentration et leur attention », a déclaré Latifi, faisant référence au gouvernement afghan.

« S’ils parviennent à perdre Kaboul, c’est évidemment le coup fatal pour eux. Ils feront tout leur possible pour conserver la capitale nationale », a-t-il ajouté.

Une bombe a tué samedi un pilote de l’armée de l’air afghane à Kaboul, les talibans revendiquant la responsabilité de l’attaque.

Kamran Bokhari, directeur du développement analytique du groupe de réflexion Newlines Institute basé à Washington DC, a déclaré à Favilan que la guerre en Afghanistan était « loin d’être terminée » et a affirmé que les talibans sont dans l’ensemble « une force rurale et suburbaine ».

« Ils n’ont pas encore réussi à démontrer leur capacité à organiser des assauts réussis contre des villes et des capitales provinciales bien défendues », a déclaré Bokhari à propos du groupe.

Retrait complet des États-Unis prévu plus tard ce mois-ci

Le président Joe Biden a annoncé en avril qu’il retirerait toutes les troupes d’Afghanistan d’ici le 11 septembre. Le retrait devrait maintenant être complètement terminé d’ici le 31 août, selon de récentes déclarations du commandant en chef.

Les critiques du retrait ont averti que les talibans pourraient éventuellement prendre le contrôle de l’ensemble du pays et faire reculer les progrès des droits des femmes.

Les États-Unis ont envahi l’Afghanistan en 2001 à la poursuite d’Al-Qaida, le groupe djihadiste à l’origine des attentats terroristes du 11 septembre. Les talibans ont été chassés du pouvoir lors de l’invasion, les États-Unis travaillant avec des alliés de l’OTAN pour former les forces de sécurité afghanes.

wd / csb (Reuters, AP, AFP, dpa)

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*