Les types de personnalité Myers Briggs® des personnages LOTR


Le test de personnalité Myers-Briggs® est une manière amusante et inventive de plonger dans la psyché des personnages de la culture populaire. C’est aussi un moyen de faire la lumière sur les raisons pour lesquelles des personnages particuliers prennent certaines décisions tout au long d’une histoire, qu’ils soient des héros fidèles ou des méchants insidieux.

Quand JRR Tolkien a écrit le Seigneur des Anneaux, il s’est fortement concentré sur un certain nombre d’archétypes forts et traditionnels. Ceux-ci seuls ne font pas d’eux ce qu’ils sont, mais leurs actions et leurs choix tout au long de l’histoire peuvent facilement être décomposés en se référant au système Myers-Briggs®.

Mis à jour le 2 août 2021 par Derek Draven : Il y a tellement de personnages dans Le Seigneur des Anneaux que c’est une bonne idée d’en jeter un coup d’œil à quelques autres, et comment leurs personnalités s’alignent avec le test de personnalité Myers-Briggs®. C’est une façon amusante et intéressante de décomposer les meilleurs personnages de la culture populaire, d’apprendre leurs motivations, le raisonnement derrière leurs actions et les choix qu’ils font tout au long de l’histoire. Qu’il s’agisse d’un sage sorcier corrompu par la tentation du pouvoir, d’un nain qui aime se battre autant que célébrer, ou d’un Hobbit s’appuyant sur son propre idéalisme pour traverser les pires moments de sa vie, il existe un type Myers-Briggs® pour le centre commercial.

15 Arwen – ENFP (La Championne)

Arwen s’intègre facilement dans le rôle de champion, sortant fréquemment de ses fonctions rigides afin de diriger les personnages sur la voie du droit. Elle était également implacable dans la poursuite de son objectif d’être avec Aragorn, indépendamment de la perte de son immortalité en conséquence.

Quand Elrond a exprimé sa réticence à s’impliquer dans la guerre finale contre le Mordor, Arwen a réussi à le persuader de changer d’avis. Tous ces traits constituent un personnage incroyablement inspirant qui n’avait pas peur de briser la tradition, sans parler de risquer sa vie, de défendre ce en quoi elle croyait.

14 Boromir – ISFJ (Le Protecteur)

Boromir est bien connu pour son statut de mème désormais légendaire, mais il est surtout connu pour sa corruption par l’Anneau Unique, mais c’est une évaluation injuste. En réalité, il était un leader fort et capable, et un soldat dévoué à la protection de son peuple et de ceux qu’il aimait. En fait, de toutes ses craintes, l’incapacité de protéger les citoyens du Gondor était l’une de ses pires.

Ce sont ces peurs qui lui permettraient d’être corrompu par l’Anneau, qui est la véritable tragédie. Les protecteurs veulent être considérés comme fiables, nobles et dignes de confiance, et Boromir ne faisait pas exception. Malheureusement, il est devenu plus paranoïaque qu’il ne répondait pas à ces attentes, entièrement à cause de ses propres actions.

13 Eowyn – ISTP (L’artisan)

Eowyn a eu une vie difficile tout au long des événements de Le Seigneur des Anneaux. Non seulement elle a perdu son père et sa mère, mais elle a aussi perdu son cousin. Elle a enduré le chagrin, seulement pour voir son oncle bien-aimé perdre son esprit et son essence sous le contrôle mental de Saroumane. Pour couronner le tout, elle a été forcée de rester debout pendant que son frère était banni du Rohan.

Elle n’était pas non plus contente de ne pas pouvoir prendre une épée et se battre aux côtés de sa famille pour le bien de son pays. En tant qu’artisan, cependant, Eowyn a rapidement trouvé des méthodes ingénieuses et créatives pour contourner cet obstacle culturel et aider à sauver la situation contre les forces du Mordor lors de la bataille de Minas Tirith.

12 Faramir – ESTJ (Le Superviseur)

Faramir ressemblait beaucoup à son frère aîné Boromir, mais était beaucoup moins intéressé à se présenter comme le visage d’un leader. Il a fait son travail, a gardé la tête baissée et est resté humble face à cela, malgré sa haute stature au sein de l’armée du Gondor. Les superviseurs sont connus pour poursuivre leur travail de manière méthodique et systématique, ce qui ressemble beaucoup à Faramir.

Ce sont également des organisateurs dévoués qui valorisent les concepts de prévisibilité et d’efficacité par-dessus tout. Quand Osgiliath fut submergé par les forces du Mordor, Faramir n’hésita pas à ordonner une retraite stratégique, alors que son père Denethor aurait sacrifié tous les hommes stationnés là par dépit.

11 Gimli – ESTP (La Dynamo)

À première vue, Gimli semble trop impulsif pour avoir la personnalité d’un Dynamo, mais ce n’est pas tout à fait le cas. Oui, il disait et faisait fréquemment des choses irréfléchies, mais elles avaient un but logique derrière elles. Les dynamos ont tendance à évaluer les situations très rapidement et à proposer des solutions immédiates, c’est pourquoi il n’a pas réfléchi à deux fois avant d’essayer de détruire l’Anneau Unique avec sa hache au Conseil d’Elrond.

Ce trait peut lui avoir causé des ennuis à plusieurs reprises, mais il a également contribué à faire de lui l’un des plus grands guerriers de la le Seigneur des Anneaux la franchise. Les dynamos sont aussi la vie de la fête, et leur sens de l’humour est débridé. Ceci, bien sûr, convient parfaitement à Gimli, surtout lorsqu’il y a de l’alcool en cause.

dix Saroumane – ISTJ (L’inspecteur)

Saroumane s’est tenu à l’écart du monde sans s’isoler définitivement, ce qui est la marque d’un type Inspecteur. Il avait un grand rôle à jouer dans les affaires de la Terre du Milieu, donnant souvent des conseils ou prenant des mesures décisives lorsqu’il s’agissait de questions importantes liées aux problèmes étrangers et nationaux.

Bien que le sorcier blanc succombe aux tentations de Sauron, les traits de l’inspecteur persistent. Saroumane cherchait à faire respecter l’ordre par le biais de systèmes et d’institutions, il valorisait la précision et la procédure, et il aspirait à mettre en œuvre l’ordre social – tous les nobles traits de l’inspecteur qui ont été amplifiés et déformés par ses propres ambitions maléfiques.

9 Pippin – ESFP (L’interprète)

Pippin a traversé un arc de personnage fascinant dans Le Seigneur des Anneaux, passant d’un clown de classe à Garde de la Citadelle, basé uniquement sur le fait d’être dégrisé par le sérieux de sa quête. Tous ces traits sont la raison pour laquelle il serait classé comme Performer ou ESFP.

Les interprètes sont décrits comme aimant s’amuser, chaleureux, enthousiastes, bavards, pleins de tact, curieux et solidaires. Ironiquement, ces traits sont ce qui a le plus irrité Gandalf, même s’il avait secrètement un penchant pour le jeune garçon. Même si Pippin est devenu plus qu’il ne l’était au début, il n’a jamais perdu ce qui le rendait si aimable en premier lieu.

8 Théoden – ENTJ (Le Commandant)

Volonté, logique, franc et un grand leader, Théoden peut mieux se résumer en tant que commandant, et les raisons sont nombreuses. Il n’était pas le meilleur roi ou leader de la série, mais ce qui lui manquait de sagesse, il l’a plus que compensé par la conviction, le courage et une forte boussole morale.

Théoden était un roi têtu, mais il avait toujours à cœur les meilleurs intérêts de son peuple. C’est l’une des raisons pour lesquelles Sauron et Saroumane tenaient tant à le contrôler. En fin de compte, ce dévouement aux principes de bonté est ce qui l’a amené à répondre à l’appel à l’aide du Gondor, malgré le refus du Gondor de faire de même dans le passé.

7 Legolas – ISFP (Le Compositeur)

Legolas serait classé comme compositeur dans le cadre du test de personnalité Myers-Briggs®, et de nombreux traits de ce type ne lui sont pas seulement originaires, mais aussi du genre elfique à travers le spectre. Les compositeurs sont décrits comme des improvisateurs empathiques, spontanés, loyaux, talentueux et solidaires de la nature. Bien que certains elfes soient moins optimistes quant à des qualités telles que la gentillesse ou la tolérance, ils correspondent presque toujours à la majorité.

Mis à part la loyauté de Legolas, sa spontanéité et son talent pour l’improvisation ont été affichés à plusieurs reprises tout au long de la série de films. Cela est particulièrement vrai pendant les séquences de bataille lorsqu’il a trouvé des moyens créatifs d’éliminer ses ennemis, ce qui est l’une des nombreuses différences majeures entre les versions film et roman du personnage.

6 Sam – ENFP (Le Champion)

Il est évident que Sam est né avec l’état d’esprit de champion ENFP, et cela se voit dans la façon dont il se rapporte à ceux qui l’intéressent le plus. Les champions sont artistiques par nature, ce qui va de pair avec l’amour de Sam pour le jardinage. Pour lui, ce n’est pas seulement un travail, mais une forme d’art, et un moyen par lequel il peut exprimer son penchant pour tout ce qui est « bon et vert ».

Sam est également enthousiasmé par les gens et leurs activités, et il ne fait preuve que de loyauté, de compassion et de chaleur envers ses amis et sa famille. C’est un idéaliste de nature, même quand les choses vont au pire. Ce sont ces traits qui ont permis à Sam de pousser Frodon bien au-delà de ses limites pour ce pour quoi ils pensaient tous les deux qu’il valait la peine de se battre.

5 Elrond – INTJ (le cerveau)

Elrond serait définitivement classé comme stratège dans le cadre du test Myers-Briggs®. C’est lui qui a initialement dirigé la création du plan pour détruire l’Anneau Unique dans les incendies du Mont Doom. C’est aussi l’homme qui aide à renverser le cours de la guerre en tenant compte de la confiance de sa fille et en poussant Aragorn à recruter l’armée morte.

Les stratèges sont décrits comme distants, compétents, fermes, analytiques, logiques et très organisés. Tous ces traits sont exactement comment Tolkien a écrit le personnage et comment Hugo Weaving l’a dépeint sur grand écran. Il est facile de repérer la tendance de l’INTJ à faire passer la logique avant l’émotion, en particulier dans sa relation avec sa fille Arwen.

4 Aragorn – ISTJ (L’inspecteur)

Aragorn tombe facilement dans le rôle d’inspecteur, qui est décrit comme pratique et logique. Ce sont ces traits qui ont poussé Aragorn à éviter son rôle de roi du Gondor pendant si longtemps, car il croyait fermement qu’il ne conviendrait pas pour le rôle en raison de l’histoire compromise de sa lignée.

Les inspecteurs sont également loyaux, honnêtes, prudents, calmes et inébranlables – tous les traits qu’Aragorn a démontrés de manière cohérente tout au long de la série. Même dans les situations les plus stressantes, Aragorn est resté fidèle à ses devoirs, tout en restant d’humeur égale et concentré. De plus, sa protection envers ses amis Hobbits est évidente.

3 Galadriel – INFJ (Le Conseiller)

Galadriel est facilement l’un des personnages les plus fascinants et les plus imposants de toutes les œuvres de Tolkien. Une partie de sa puissante présence est une vieille âme dans une forme brillante et un charisme inégalé. Son statut à la fois de guide et de mentor pour plusieurs personnages de la série l’intègre facilement dans le rôle de conseillère.

Ces personnes sont décrites comme étant dévouées, profondes, réservées, innovantes, motivantes, intenses et perspicaces. Galadriel exhibe toutes ces qualités dans les films, parfois au point d’effrayer les autres avec sa puissance et sa force de volonté débridées. Sans elle, il est fort possible que la quête se soit arrêtée rapidement.

2 Gandalf – INTP (L’Architecte)

Le titre d’architecte résume une grande partie du personnage de Gandalf. Ils sont décrits comme privés, indépendants, adaptatifs, imprévisibles, concentrés, sceptiques et intelligents. Tous ces traits conviennent parfaitement à Gandalf, ainsi qu’à d’autres sorciers comme Radagast le brun. Gandalf cherchait le sens profond des choses, et sa philosophie a contribué à façonner ses propres actions et celles de ses amis.

Gandalf a passé beaucoup de temps à rechercher la connaissance, et cela a payé en lui permettant de transmettre la sagesse à ses camarades, comme en témoignent ses meilleures citations. Il a également joué ses cartes près de sa poitrine le plus souvent. Les architectes ont tendance à mieux comprendre la nature humaine que la plupart, c’est pourquoi Gandalf était un juge de caractère si efficace.

1 Frodon – INFP (Le Guérisseur)

Frodon Sacquet serait mieux décrit comme un guérisseur, même si cela s’est aggravé dans le troisième film. Ce type de personnalité est régi par un sens de l’idéalisme sans limites, un dévouement à la vérité et à l’honnêteté, et un sens inflexible de compassion envers les autres. Cela était mieux démontré par son absence de jugement envers les autres personnages, qu’ils soient un ami ou un étranger.

De plus, les perspectives vertueuses et idéalistes de Frodon sont également ce qui fait de lui un INFP. Son rêve de se débarrasser de l’Anneau et de rentrer chez lui dans la Comté est ce qui l’a mené à la fin – avec un peu d’aide de Sam. Son idéalisme céderait la place au pragmatisme à la fin de l’histoire, mais les éléments de ce qui a fait le personnage qu’il est restent en grande partie.




Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*